Français, Nebbiolo, Piemonte
Leave a Comment

Borgogno possède un trésor mais le vend très, très lentement…

Le nom de « Borgogno » est lié à l’une des plus vieilles maisons viticoles du Piémont : il né avec Bartolomeo Borgogno qui fonda la maison en 1761. Depuis il est devenu de plus en plus connu et reconnu. Ce fut son Barolo à être choisi et servi lors du repas officiel qui célébrait l’union de l’Italie en une seule nation en 1861.

imagesDans les années ’20, sous la direction de Cesare Borgogno , l’activité de la maison commence à se faire connaître à l’étranger mais ce fut après la fin de la 2e guerre mondiale que le développement prit son véritable essor en gagnant d’importants marchés à l’export, aux Usa mais aussi en Argentine, Venezuela e Brésil, consolidant ainsi également son positionnement en Europe.

Après la refonte complète de la cave qui eut lieu entre 1954 et 1959, Cesare Borgogno passa la main à ses neveux Ida et Franco qui la laissèrent à leur tour à leurs enfants Cesare et Giorgio. Aujourd’hui la maison s’appelle « Giacomo Borgogno e Figli » et a acquit une expérience ultra séculaire à laquelle elle marie toutes les innovations technologiques créant ainsi un équilibre qui garantie la constance de qualité. En 2008 la maison a été acquise par la famille Farinetti (voir mon article sur M. Farinetti ici : http://lazazzerawineblog.com/2013/12/17/eataly-ouvre-son-11e-point-de-vente-en-italie-cette-fois-a-florence/).

indexL’éloge de la lenteur :

Être lent dans ses actions signifie avoir tout le temps de comprendre les choses et de les faire de la bonne façon. C’est ce que Borgogno fait dans ses vignes depuis 1761. Être habitudinaire signifie reprendre les gestes et les rythmes qui suivent le cours du temps, comme ceux liés à la nature, au terroir et aux traditions qui dominent le travail chez Borgogno sous le signe d’une tradition qui n’arrête jamais de se répéter. Être entêté signifie ne jamais laisser tomber facilement ses propres idées. Être parcimonieux signifie utiliser avec modération ce que l’on possède et ce que Borgogno possède est un trésor dans ses caves avec le meilleur de sa production de ces dernières 250 années. Depuis le début, la moitié des bouteilles produites chaque année, sont oubliées en cave pour au moins 15 ans  et ensuite mises sur le marché en nombre limité. Je vous invite à les découvrir :

Langhe Freisa DOC : produit à partir de la variété Freisa, 9 mois en inox, 3 mois en blle, un vin léger qui titre autour de 12%.

Langhe DOC Nebbiolo : là on commence à s’approcher du cépage roi du Piémont le Nebbiolo, un vin qui passe 12 mois dans de grandes foudres typiques de la zone des Langhe (les seules utilisées par Borgogno), puis 6 mois en blle.

Dolcetto d’Alba DOC : 100% Dolcetto, 5 mois en inox et 1 de plus en blle avant mise en marché.

Barbera d’Alba DOC : 100% Barbera d’Alba, 9 mois en inox et 3 mois en blle.

Barbera d’Alba Superiore DOC : 100% Barbera d’Alba dans une version plus structurée, 12 mois dans de grandes foudres typiques de la zone des Langhe (les seules utilisées par Borgogno), 3 mois en blle.

borgognomillésimeMais le vrai trésor de Borgogno se sont ses vins de Barolo :

Le Barolo DOCG : le Barolo de Borgogno est le fruit d’un seul cépage, le Nebbiolo, mais planté dans 4 différents vignobles ( Liste, Cannubi, San Pietro delle Viole et Fossati), tous situés sur la commune du village de Barolo. Leur vin est issu de l’assemblage de ces 4 parcelles.

Le Barolo Liste : issu de Nebbiolo planté sur le seul vignoble de « Liste », il représente la plus haute expressivité de la maison et se distingue par son caractère tannique et son impressionnante longévité.

Ces vins sont précis et d’une grande noblesse. D’un millésime à l’autre les arômes changent bien sur mais dans les plus vieilles années que l’on trouve aujourd’hui sur le marché et qui sont donc celles qui s’apprêtent le plus à être bues, on retrouve constamment la truffe, la cannelle et le safran, le poivre, le chocolat.

Certains gurus du vin ont parlé du millésime’97 comme du millésime du siècle en Piémont en lui attribuant 5 étoiles et 4 étoiles au millésime suivant, le 1998 ; cela se passait vers la fin des années ’90 mais aujourd’hui, à la dégustation c’est bien le ’98 qui gagne sur le ’97 avec plus de fruit, de richesse, de tannins, mais effectivement moins d’acidité. Comptez moins de 100€ la blle pour le ’98 et autour des 300€ la blle pour des millésimes plus anciens tel qu’un excellentissime 1982. Vous trouverez ces vins en vente ici : http://www.millesima.fr/catalogsearch/result/?q=borgogno

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s