Australia, Bordeaux, Français, OIV Msc, Voyage - Viaggi - Trip
Leave a Comment

Penfolds, le grand sorcier vigneron et la vallée magique de Barossa

barossa-valley-map-south-australiaPetite intro juste pour nous situer. Je me trouve en ce moment dans le sud de l’Australie, à 75 km de la ville d’Adelaide dans une vallée colonisée par des immigrants éuropéens en 1842 et qui, aujourd’hui, compte plus de 150 domaines viticoles et 70 caves avec une large production : Shiraz (le top), Chardonnay, mais aussi Riesling, Sémillon, Cabernet Sauvignon, Fiano, Montepulciano et j’en passe, une impressionnante palette de vins influencée par l’incroyable variété des microclimats de la région.

La meilleure période pour profiter du patrimoine oenologique de la Barossa Valley est certainement celle-ci (tout début du mois de mars) pendant que toutes les caves se préparent à vendenger. Toutes sont ouvertes au public 7j/7 de 9h à 17h et proposent des “stages” pour ceux qui comme moi, poussés par la passion du vin, ont envie d’interagir avec les petites réalités familiales, un tapis de petits villages et vignobles qui se déploie à perte de vue depuis les collines qui entourent la ville, les Adelaide Hills, un panorama à vous couper le souffle.

Mais une fois arrivés dans la Barossa, impossible de passer à coté du premier vignoble “commercial” du pays, Jacob’s Creek, le fait est qu’il faut pousser votre curiosité un peu plus loin pour profiter d’autres parcours délicieux qui s’offrent à vous, comme celui des produits gastronomiques et artisanaux, notamment celui du pain et des viandes fumées du Butcher, Baker and Winemaker Trail ou celui du fromage proposé par le Barossa Cheese and Wine Trail. Une multitude de routes que vous pourrez découvrir en faisant une halte au Barossa Wine & Visitor Center de Tanunda. Autre étape immanquable, le Barossa Vintage Festival (en 2017 du 19 au 23 avril), 5 jours de culture, bouffe et vins de la Barossa.

15894682_10154089638951367_7481725626781132595_n

L’autre visite incontournable est surement celle de Penfolds, racheté en 2011 par le groupe australien Treasury Wine Estates, un mastodonte du secteur, qui a injecté de nouveaux capitaux pour la modernisation des installations mais aussi pour la « remise » en avant de la marque qui cultive depuis et plus que jamais son image haut de gamme.

« Chaque nouveau Grange est le plus cher des Grange », voici en quelques mots le résumé du parcours de Peter Gago, le winemaker historique de Penfolds (plus de 20 ans de boite). Lui, comme la marque qu’il incarne, savent faire parler d’eux. Prenons l’exemple du tout dernier lancement, une série de 19 cuvées étalées sur 5 millésimes, une collection qui a donné lieu à une salve d’événements en 2016 dont il a été le maitre d’orchestre, entre dégustations, conférences, diners de gala partout dans le monde. Plus toutes les présentations aux « professionnels », équipes de brand ambassadors et vendeurs, comme celle faite à Bordeaux en octobre dernier pour les équipes de mon bureau à Millésima et dont je garde un souvenir épique!

14695372_10154734435032845_3385846260084292560_n

Le domaine historique se trouve à Magill Estate, aujourd’hui rattrapé par les constructions de la banlieue chic d’Adelaïde, mais leur vignoble le plus prestigieux se trouve dans la Barossa à Kalimna Vineyard planté dès 1945. La plupart de leurs vignes se trouvent donc en Australie méridionale, comme celles des terres rouges de Coonawara acquises en 1960 ou encore celles de Port Lincoln et Langhorne Creek, mais la firme a aussi un pied en Nouvelles Galles du Sud et dans l’Etat de Victoria. Elle se développe aussi en Tasmanie, cette immense île au sud de l’Australie que le réchauffement climatique rend de plus en plus attractive car la terre y est plus froide. Tous ces paysages du bout du monde sont travaillés par des véritables pionniers qui vivent en communauté dans ce tapis de petits villages dont je vous parlais en début d’article et qui parfois compte moins de 30 habitants. Ce sont eux qui travaillent les terres qui sont tour à tour rafraichies (parfois gelées) par les courants du sud, ensuite brulées et desséchées par les vents venus du désert intérieur.

12x16-australia-wine-map_1024x1024

Pour la petite histoire, Penfolds a été créé en 1844 par le docteur Christopher Rawson Penfold et sa femme Mary, des colons anglais débarquées en Australie pour fuir leur pays natal et les dettes qu’ils y avaient accumulé. Ensemble ils se lancent dans la production de vins médicinaux et de tawny très en vogue au 19e siècle. Pendant que Madame gérait le domaine, Monsieur prescrivait massivement son vin remède, une belle réussite ! Mais l’histoire récente du domaine doit beaucoup à un certain Max Schubert. En 1948, cet assistant winemaker, est envoyé en Espagne pour étudier les sherrys et en profite pour séjourner en France. Il découvre alors comment les châteaux bordelais font vieillir leurs vins dans des petites barriques en chêne et adapte, à son retour, cette technique au Shiraz jusqu’à lors dévolu au vin muté. Il le fait fermenter en bois et obtient ainsi un vin intense, structuré et parfumé. Il le baptise Grange en l’honneur du cottage de la famille Penfold sur le domaine.

Le succès a été long à venir mais maintenant le prix de cette cuvée rivalise avec ceux des grands Bordeaux et Grange n’est pas le seul cru de Penfolds à voir ses prix s’envoler. Les récents millésimes du chardonnay Yattarna ou du Shiraz St Henri dépassent tranquillement la barre des 100 dollars.

14670868_10154734057812845_6465234747456078482_n

Penfolds fait parler de l’Australie, c’est là leur mérite numéro un, surtout pour un pays qui a connu un vrai emballement dans les années ’80 mais qui, après une crise de surproduction, stagne depuis trop longtemps. Ce pays comptait il y a 30 ans plus de 8500 viticulteurs, contre 6000 à aujourd’hui. Pour certains, l’Australie aurait raté le tournant de la montée en gamme mais avec ses collections de vins « star » Penfolds veut prouver le contraire.

Je suis sure que comme moi, vous vous êtes déjà interrogés sur leurs étiquettes avec des noms à coucher dehors : Bin 144, Block 42 ou RWT… mais elles trouvent toutes leur origine au sein du domaine historique de Magill Estate. Les premiers chais étaient composés de longs tunnels sous-terrains qui accueillaient les bouteilles des récoltes successives dans différents alcôves numérotées. Le vin prenait donc naturellement le nom de son compartiment : Batch Identification Number ou BIN. Le Block lui évoque la parcelle dont provient le raisin et enfin le RWT, Red Winemaking Trial, signifie que le raisin provient d’une seule région.

La législation locale est ultrasouple, question dogmes et traditions et la créativité des australiens s’exprime pleinement en viticulture avec de nouvelles plantations et choix de cépages. Penfolds fait donc figure aussi de grand sorcier vigneron, capable non seulement de jouer avec les cépages, mais aussi de composer les crus issus de différentes parcelles et régions. Car si les raisins sont toujours pressés sur place, les jus eux peuvent voyager en camion, avion, sous forme de mout…à des centaines de km pour composer les 45 vins de la gamme Penfold’s.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s