All posts filed under: Français

Zymé, le pentagone de la Valpolicella

Le logo du domaine exprime parfaitement bien la philosophie de Zymé. Une feuille de vigne dans laquelle est inscrit un pentagone, l’emblème des cinq éléments fondamentaux à la production de vin : l’homme, la plante-vigne, la terre, le soleil et l’eau.   L’homme : Celestino Gaspari fonde sa cave en 2003 pour donner tort à tous ceux qui le voient déjà se ranger à vivre une vie aux limites bien trop définies. Lui croit à l’honnêteté et à la cohérence. Il croit aux êtres humains et à la possibilité d’évoluer. Il croit à sa propre croissance, non dans un sens d’enrichissement pécuniaire, mais personnel, passionnel, il croit au devoir envers qui, comme lui, veut s’améliorer et met à disposition sa cave comme un gymnase d’entrainement. En échange, il demande le sens des responsabilités. Pour lui, le travail d’une vie ne doit pas se traduire uniquement par un succès économique, il souhaite transmettre son expérience à la prochaine génération. Zymé vient de l’ancien grecque et signifie « levure », un élément fondamental dans le monde de l’œnologie, mais un élément symbolique lorsque l’on …

Fèlsina ou le Sangiovese comme style de vie

Nous sommes sur les collines de Castelnuovo Berardenga, terre de frontière entre le Chianti Classico et les Crete Senesi et c’est ici que la famille Poggiali installe son domaine dans les années ’60 en investissant dès le début (et courageusement) sur la qualité du Sangiovese et ses multiples expressions dues à un patrimoine unique de clones. La deuxième génération a ensuite modernisé la gestion des vignes mais sans jamais trahir cette terre toscane et l’esprit d’authenticité du cépage. Aujourd’hui c’est la 3e génération qui conduit le vignoble et qui est passée de quelques hectares à une superficie de 90, une mosaïque de sols et microclimats assez variés. Au centre, toujours, le Sangiovese, objet de toutes les attentions, de sélections parcellaires, expérimentations, arrachages et nouvelles plantations. Et toujours vinifié en pureté afin de mettre en valeur, hier comme aujourd’hui, le patrimoine des clones et des terroirs collinaires. Fèlsina a toujours accepté la confrontation avec la technologie, les techniques biologiques ou biodynamiques. C’est une façon réfléchie de respecter la tradition sans pour autant rester figés et répéter le …

Culture et agriculture : la Grand Livre du Vin par Andrew Jefford

Andrew Jefford, l’un des journalistes les plus influent du milieu « vin », vient de sortir un livre aux éditions Eyrolles intitulé « Le Grand Livre du Vin ». Un ouvrage reparti en trois sections, la première qui nous guide durant la dégustation, la deuxième qui nous sensibilise au rôle du vigneron (viticulture, cépages, terroirs) et enfin la troisième qui est un vrai petit atlas du vin, région par région. Culture et agriculture donc. Afin de tester sa réelle utilité, j’ai décidé de me plonger dans le chapitre 20, page 164 : l’Autriche. Il se trouve que cette semaine j’avais une quarantaine d’échantillons de vins autrichiens à déguster et cette page, bien que succincte, m’a permis d’avoir un fil conducteur lors de la dégustation d’un pays que je maitrise peu, un pays de pistes de ski plus que de vins. Mais AJ nous apprend que l’est du pays, à une plus basse altitude que les pistes de ski, foisonne de vignobles et que l’Autriche produit de très grands vins blancs qui peuvent surpasser les bourguignons par leur richesse ou les alsaciens …

Viticulture héroïque : l’enchantement des Cinque Terre

Ligurie, à la pointe extrême de la Riviera de Levante: 15 km de cote rocheuse et 5 villages d’origine moyenâgeuse forment la région connue sous le nom des Cinque Terre. On s’attendrait à tout de cette succession de falaises escarpées sauf à ce qu’elles produisent du vin et pourtant la vigne ici, comme l’olivier, a constitué par le passé la principale ressource de revenus pour les habitants. La montagne a été modelée par le travail des hommes pendant des siècles : des terrasses à perte de vue, retenues par des petits murets (les ciàn), qui l’ont sculptée en jardin. Malheureusement aujourd’hui les taches jaunes des genêts interrompent l’enchainement des vignobles et les bois s’étandent jusqu’à la mer, c’est le signe que la terre a été abandonnée. Cultiver la vigne et produire du vin dans cette région est trop fatiguant et pas assez rentable pour fournir un revenu suffisant à toute une famille. Peu nombreux sont ceux qui continuent et souvent il s’agit là d’une activité secondaire, le travail de fin de journée ou du dimanche, mais fait …

Alcool libre !

« L’ère des vins qui titrent à 15% est définitivement révolue. C’est le moment des vins légers et frais ». Voici ce qu’a déclaré Jancis Robinson à propos des primeurs bordelais 2016 (source Financial Times). Plus les vignes chauffent sous l’effet des changements climatiques favorisant ainsi l’augmentation du degré alcoolique, plus le palais collectif cherche un peu de répit en choisissant des vins rafraichissants et regarde avec méfiance à ceux qui incarnent la chaleur solaire. C’est l’une des lois du mouvement dévoilée par Newton : l’action est toujours égale à la réaction. Bordeaux a donc dû apprendre en moins d’une génération à produire des vins différemment. Avant on enlevait les feuilles pour donner libre cours aux bienfaits des rayons solaires, maintenant le risque de “cuisson” des grappes est trop élevé. Cette prise de conscience a abouti à un tournant dans la production bordelaise. Jancis la synthétise ainsi : « On augmente les rendements afin de retarder la maturité et atteindre ainsi l’équilibre. Aujourd’hui les rendements se fixent naturellement autour des 45hl/ht ». D’ailleurs plus personne à Bordeaux ne se vante de ses …

Small is beautiful

Ce slogan m’évoque le petit domaine viticole profondément lié à sa terre et dont les dimensions limitées permettent au vigneron de prodiguer des soins minutieux et artisanaux en vigne comme en cave, soins grâce auxquels son vin pourra atteindre des niveaux très élevés de qualité. Non seulement, il m’évoque le courage de tenter de nouvelles approches, d’expérimenter et innover, d’accepter de nouveaux défis. Mais ce slogan qui dans l’imaginaire collectif semble opposer les petits domaines à la grosse « industrie » viticole, doit se gorger de nouvelles interprétations. Certes small is beautiful, mais pas seulement. Outre la passion qui pousse nos vignerons à la recherche de la qualité absolue, il faut y ajouter le sens de l’artisanat sans lequel le « small » ne serait pas « beautiful ». C’est l’artisanat et non les dimensions qui marquent la différence entre le small et le big. Sans oublier le sens de l’entreprenariat sans lequel le small risquerait de disparaître… Bref, ce slogan est sujet à bien plus d’interprétations qu’il n’y parait et je me suis mise à le détricoter ce dimanche sur le …

The Ledbury ou la cuisine anglaise contemporaine

Quand on parle de Portobello, de suite toute une série d’images nous viennent à l’esprit, le marché des antiquaires, les Beatles qui traversent la rue pieds nus, la musique caribéenne du carnaval de Notting Hill ou bien Hugh Grant embrassant Julia Roberts. Mais à l’angle de Talbot Road c’est une toute autre musique que joue le chef Brett Graham sur son piano dans les cuisines du The Ledbury, le « champion » de la British Modern Cuisine, un motif aristo-pop qui n’a pas de couplets récurrents mais uniquement des notes joyeuses et ses hits, n’arrêtent pas de grimper le classement des 50Best. Difficile d’y trouver une table sans avoir réserver préalablement car The Ledbury est devenu une étape gastronomique de premier plan pour tout gourmet londonien. Il est intéressant d’analyser la salle qui m’entoure. Tout d’abord, le bruit. Avant, quand on rentrait dans ce type d’établissements étoilés (The Ledbury en compte 2 au guide Michelin), les conversations se faisaient discrètes, presque silencieuses. Aujourd’hui, à l’opposé, les éclats de rire sont sonores et envahissent l’espace jusqu’à vous contaminer …