All posts filed under: Français

The Ledbury ou la cuisine anglaise contemporaine

Quand on parle de Portobello, de suite toute une série d’images nous viennent à l’esprit, le marché des antiquaires, les Beatles qui traversent la rue pieds nus, la musique caribéenne du carnaval de Notting Hill ou bien Hugh Grant embrassant Julia Roberts. Mais à l’angle de Talbot Road c’est une toute autre musique que joue le chef Brett Graham sur son piano dans les cuisines du The Ledbury, le « champion » de la British Modern Cuisine, un motif aristo-pop qui n’a pas de couplets récurrents mais uniquement des notes joyeuses et ses hits, n’arrêtent pas de grimper le classement des 50Best. Difficile d’y trouver une table sans avoir réserver préalablement car The Ledbury est devenu une étape gastronomique de premier plan pour tout gourmet londonien. Il est intéressant d’analyser la salle qui m’entoure. Tout d’abord, le bruit. Avant, quand on rentrait dans ce type d’établissements étoilés (The Ledbury en compte 2 au guide Michelin), les conversations se faisaient discrètes, presque silencieuses. Aujourd’hui, à l’opposé, les éclats de rire sont sonores et envahissent l’espace jusqu’à vous contaminer …

Les nouveaux desserts londoniens à essayer

Je me souviens il y a quelques années, quand une petite envie de sucré remontait à la surface, j’avais le choix entre un pompeux afternoon-tea ou un cupcake au chocolat. Désormais la scène des desserts londoniens n’a plus rien d’ennuyeux. Entre les Freakshakes qui ont mis définitivement au placard les vieux milkshakes à la vanille ou les gaufres à bulles, les sucreries Made in London ont atteint un niveau pantagruélique de calories, capables à elles seules de nourrir une famille entière pendant une semaine ! Voyons cela dans le détail :   Tout d’abord analysons l’évolution d’une mignardise bien française, le macaron, mais farcis ici de glace. Ils ont été inventés par le pâtissier Yolkin qui en avait tout simplement marre de devoir jeter les jaunes d’œufs inutiles dans sa préparation des macarons. Du coup, en fouillant bien, il a réussi à trouver une recette de glace qui utilise beaucoup, mais alors beaucoup de jaunes d’œuf et BIM! voilà une combinaison gagnante : les sandwiches macarons givrés, saveur citron meringue, caramel beurre salé, melon, thé vert…. Maintenant Yolkin …

Penfolds, le grand sorcier vigneron et la vallée magique de Barossa

Petite intro juste pour nous situer. Je me trouve en ce moment dans le sud de l’Australie, à 75 km de la ville d’Adelaide dans une vallée colonisée par des immigrants éuropéens en 1842 et qui, aujourd’hui, compte plus de 150 domaines viticoles et 70 caves avec une large production : Shiraz (le top), Chardonnay, mais aussi Riesling, Sémillon, Cabernet Sauvignon, Fiano, Montepulciano et j’en passe, une impressionnante palette de vins influencée par l’incroyable variété des microclimats de la région. La meilleure période pour profiter du patrimoine oenologique de la Barossa Valley est certainement celle-ci (tout début du mois de mars) pendant que toutes les caves se préparent à vendenger. Toutes sont ouvertes au public 7j/7 de 9h à 17h et proposent des “stages” pour ceux qui comme moi, poussés par la passion du vin, ont envie d’interagir avec les petites réalités familiales, un tapis de petits villages et vignobles qui se déploie à perte de vue depuis les collines qui entourent la ville, les Adelaide Hills, un panorama à vous couper le souffle. Mais …

Les Carmes Haut Brion, la cave qui transcende ses semblables

Existe-t-il-il-il UNE cave design? LA cave design? Est-elle plus qu’un mirage lustré, plus qu’une projection fantasmatique? Parmi un buisson de nouvelles construction bordelaises, j’ai trouvé MA cave design, celle qui transcende et synthétise ses semblables. Elle est de métal et béton, entourée d’eau pour mieux en refléter l’émerveillement du visiteur , enchâssée dans la ville de Bordeaux (20 rue des Carmes) et elle incarne une âme dans un corps structuré par le créateur Philippe Starck et l’architecte Luc Arsene-Henry. Pour les uns il s’agit d’une jolie fardée, pour d’autres elle est un trottin à l’œuvre. Pour moi, avant aujourd’hui, il s’agissait d’un mirage, trop belle pour être vraie. Mais en vrai? En vrai, elle est un aimant qui attire les hommes, lascive, succube, on la regarde comme on contemple les nuages, chacun y lit une incarnation vaporeuse de ses propres rêves, elle échappe au temps. En vrai, c’est une lame dont le regard tranchant a l’air de faire quelque chose de plus que de vous regarder… En vrai, c’est une cave urbaine qui se visite: sur réservation par téléphone au …

L’Australie du futur sera une mosaïque raffinée

Il vous faut abandonner le stéréotype du vin de masse et des rouges musclés durant cet entretien que j’ai eu avec Brian Walsh, Président de Wine Australia et son collègue Walter Speller qui a suivi le projet Italian Grape Varieties. « Notre objectif est celui de changer la perception du public qui pense que l’Australie vend uniquement des vins pas chers et cuits par le soleil à la grande distribution. Aujourd’hui nous misons sur une tranche de consommateurs plus avertis et à gagner la confiance des sommeliers avec des vins surprenants qui expriment leur terroir d’origine ». Voici le tableau, nettement différent, que nous pourrons admirer d’ici quelques années selon Brian Walsh, Président de Wine Australia et aussi responsable technique de Yalumba, la plus ancienne des maisons viticoles familiales australiennes. Quelles stratégies ? Plus de qualité et de terroir. On compte aujourd’hui 65 zones viticoles en Australie, desquelles 30 jouissent d’un climat plus frais qu’à Bordeaux. Il ne faudra donc pas s’étonner si la métamorphose citée ci-dessus finira par aboutir. Le nouveau plan stratégique jusqu’en 2020 prévoit des investissements …

Château Ferrière surgit à Margaux dans la volupté des inattendus

Surgi dans la volupté des inattendus, ce petit (20 hectares) grand cru classé de Margaux est ébouriffant de texture. Ses vignes longent celles du plus connu château Margaux et à l’ombre de ce monstre sacré, il fait figure d’un argot qui parlerait pointu. La biodynamie est ici une empreinte durable alors qu’en Médoc elle reste une école en devenir qui dépose, année après année, ses disciples. Elle n’en finit plus de faire style. Au château Ferrière elle m’a été dévoilée comme une intrigue, mutique ou précieuse, insondable ou hyper sensible, selon la disposition que l’on veut bien y mettre. Elle se transforme dans le verre en compositions qui haussent le ton, lisibles, tendues, toujours singulières mais désormais sorties des fougues de jeunesse, la bouse de corne est maitrisée. Il y a du Monet dans cette façon impressionniste de saisir le gout et les couleurs du Cabernet, Merlot et Petit Verdot, une œnologie du sensible, pour ne pas dire du paysage. Assez rare pour le souligner, dans la première division du Bordeaux qui s’ouvre à l’oenotourisme, …

40

A 17 ans, je rêvais d’un joueur de basse dans un groupe de rock, de cigarettes fumés en bas de mon immeuble, de bande de potes, de regards furtifs, d’un corps qui était inapproprié pour toute chose, de musique le volume à fond, du désir d’arriver au bout de la journée pour le voir lui, supplier ma mère pour que je puisse aller en boite et le rencontrer, juste pour lui dire « Eh, Salut ». A 26 ans je voulais une chanson et une dédicace à la radio pendant que la pluie rythmait mes nuits, je voulais que l’avion soit bloqué à la dernière minute per revenir dans ses bras, je voulais le cadeau parfait, la vie parfaite avec une belle maison, des enfants qui courent partout, je voulais un jardin, l’amour, un «  lui » tendre, gentil, attentionné, qui me ferait comprendre en deux secondes qu’il était l’homme de ma vie. Aujourd’hui, à 40, je ne désire plus rien de tout ça. Le corps change, le cœur change, la tête change et notre âme devient, comment vous …