All posts filed under: Sweet

Les nouveaux desserts londoniens à essayer

Je me souviens il y a quelques années, quand une petite envie de sucré remontait à la surface, j’avais le choix entre un pompeux afternoon-tea ou un cupcake au chocolat. Désormais la scène des desserts londoniens n’a plus rien d’ennuyeux. Entre les Freakshakes qui ont mis définitivement au placard les vieux milkshakes à la vanille ou les gaufres à bulles, les sucreries Made in London ont atteint un niveau pantagruélique de calories, capables à elles seules de nourrir une famille entière pendant une semaine ! Voyons cela dans le détail :   Tout d’abord analysons l’évolution d’une mignardise bien française, le macaron, mais farcis ici de glace. Ils ont été inventés par le pâtissier Yolkin qui en avait tout simplement marre de devoir jeter les jaunes d’œufs inutiles dans sa préparation des macarons. Du coup, en fouillant bien, il a réussi à trouver une recette de glace qui utilise beaucoup, mais alors beaucoup de jaunes d’œuf et BIM! voilà une combinaison gagnante : les sandwiches macarons givrés, saveur citron meringue, caramel beurre salé, melon, thé vert…. Maintenant Yolkin …

Italiens à l’étranger : les immanquables des colis-victuailles de Noël

Aujourd’hui 2 décembre, commence officiellement le compte à rebours jusqu’à Noël et comme chaque année en cette période, je reçois de la part de ma famille italienne plusieurs colis contenants les victuailles nécessaires à affronter les fêtes. Cette tradition est ancrée dans chaque famille dont les enfants sont partis vivre à l’étranger ou pire encore dans le nord de la botte. Par enfants je veux parler de la progéniture de tout âge qui s’éloigne de la maison ne serait-ce que de quelques km. Ce rituel sacré ne tient absolument pas compte du fait que vous ayez accès à toute sorte de spécialités culinaires, de restaurants, de marchés de producteurs ou de grandes surfaces où que vous vous trouviez sur la planète. La nourriture est ce qui nous lie à notre terre, c’est notre identité et l’instinct de conservation de l’être humain est incarné parfaitement par l’envoi de ces colis-victuailles. En consultant d’autres amis expat, j’ai pu lister le contenu de ces colis. S’il venait à manquer ne serait-ce que l’un de ces aliments, les fêtes de …

Dossier bonheur : séance chez la chocolatologue Mademoiselle de Margaux

Nous voici à Margaux pour parler de……chocolat! La chocolaterie Mademoiselle de Margaux a été fondée en 1969 et à l’époque sa spécialité était la production des bâtonnets pour fourrer les pains au chocolat. 10 ans après, à cause d’un problème technique sur l’un des tuyaux bouché de la machine, naissent les sarments du Médoc, bâtonnets fins à la forme sinueuse qui rappellent les sarments de vigne. En 1983 les sarments du Médoc de #mademoiselledemargaux gagnent aux USA le « Candy Award » et depuis la chocolaterie n’a jamais cessé d’innover, formes, consistance, gouts…. Mes préférés : Chocolat noir et thé Earl Grey Chocolat noir, yuzu et gingembre Et la nouveauté de cette fin d’année en édition limitée : chocolat et fleur de sel. Si vous commencez à penser à vos achats de Noel, vous pouvez commander ces gourmandises (et bien d’autres) sur leur site de vente en ligne : http://www.mademoiselledemargaux.com/ Avec le code : LAZAZZERA1016 vous aurez droit à une remise de -10% !!! Mais comme ici nous avons tendance à parler plus de vin que de chocolat, laissez moi vous faire un rappel des parallélismes que ces deux produits …

The endlessy attractive world of sweet white

Sweet wines are under a cloud these days. The sporty, health-oriented contemporary trend lists them under « forbidden pleasures ». Everything is lumped together : Tokay, Sauternes and various sweetened atrocities. To like the sweet wines is almost bad form, just try to confess it to neophyte connaisseurs who swear by dry wines and Brut. And yet, there is nothing deeper and more philosophical than communicating with an outstanding Vin Santo or Trockenbeerenauslese. This is actually one of the final steps in taste development. After all, we all go through more or less the same motions. At first we like the light sweetish Moscato d’Asti, then the powerful, tannic dry reds from the New World, then we discover the variety of dry whites, then we proceed to the elegant reds enjoying their gravity and balance. And finally, as the spiral makes yet another turn, we are again enchanted by sweet wines, now by those at the top of wine ratings. We find a spot for them, at the end of a dinner, in the unhurried flow of an …